Honneur aux canuts de Lyon !

Posted on 4 mars 2012

1


Lyon est une ville vraiment intéressante. De belles églises, la cathédrale Saint-Jean, Saint-Nizier, saint Bonaventure, de beaux musées, une extraordinaire cuisine…

Mais Lyon, c’est aussi un centre important de l’histoire ouvrière. On peut visiter la Maison des Canuts (10 et 12 rue d’Ivry sur le plateau de la Croix-Rousse), où nous est expliquée la manière dont fonctionnaient les métiers, alors qu’une conférence raconte la vie quotidienne des travailleurs-ses et qu’un petit musée présente des objets divers témoins de l’histoire des canuts. Voir le site:

http://www.maisondescanuts.fr/

C’est au XVIème siècle que l’industrie de la soie commença à s’installer à Lyon (où elle allait plus tard faire vivre la moitié de la population), notamment dans le Vieux Lyon, avec des métiers à l’ancienne qui fonctionnaient à deux personnes. Puis, au début du XIXème siècle, le tisserand Jacquard, qui voulait supprimer la partie trop fatigante du travail, mit au point un métier qu’on actionnait toujours à bras mais pour lequel une seule personne suffisait, le dessin étant lu à travers des cartes perforées.

Ce fut le début du temps des canuts, dont un grand nombre s’établirent dans le quartier pentu de la Croix-Rousse. Il fallait des salles hautes pour loger les métiers qui faisaient presque 4 m. de haut et au début on utilisa les couvents vidés par la Révolution. Mais ensuite on construisit dans le quartier de hautes maisons avec des appartements à hauts plafonds, ayant de grandes fenêtres pour laisser entrer le plus de lumière possible. Chaque appartement était habité par une famille de canuts, qui hébergeait aussi les compagnons et les apprentis. L’appartement était à la fois l’atelier (avec deux à six métiers) du côté des fenêtres, et le logis de l’autre côté. Les canuts recevaient la matière première des soyeux, négociants vivant au pied de la Croix-Rousse, qui prenaient ensuite livraison des pièces de soie fabriquées pour les commercialiser, mais fixaient les prix (bas) au coup par coup. Les canuts étaient propriétaires des métiers et devaient travailler 18 heures par jour pour dégager un revenu permettant juste de faire vivre leur famille et de payer les compagnons s’ils en avaient. C’étaient des ouvriers, mais pas encore des ouvriers modernes travaillant en usine, c’étaient des ouvriers-artisans. Le XIXème siècle fut la grande époque des canuts lyonnais: 8000 maîtres employant 30000 compagnons y utilisèrent 100000 métiers. Il devait y avoir un sacré bruit dans ce quartier quand résonnaient des milliers de »bistanclaques », surnoms-onomatopées des métiers Jacquard !

Les canuts manifestèrent régulièrement leur sens de l’autonomie et de la solidarité. Dès les années 1820 ils fondent des sociétés de secours mutuel pour s’entraider en cas  de maladie, de chômage ou pour la vieillesse. Ils ont des coopératives d’approvisionnement (dont la première coopérative de consommation  de France en 1834). De 1831 à 1834, paraît le journal ouvrier L’Echo de la Fabrique. En 1831, suite au refus de certains soyeux d’appliquer un tarif fixe pour les produits livrés (tarif accepté par les autorités politiques de Lyon), ils se soulevèrent une première fois (un des premiers soulèvements ouvriers), et  contrôlèrent plusieurs jours la ville. Leur héroïque devise était: « Vivre libre en travaillant, ou mourir en combattant ». Un nouveau soulèvement eut lieu en 1834 suite à la volonté de baisser les salaires. En 1848 et 1849 auront lieu les deux insurrections des Voraces. Puis en 1870 et 1871, la Commune de Lyon, dans laquelle Bakounine joua un rôle de premier plan, dura plus longtemps que celle de Paris.

L’industrie lyonnaise de la soie déclina durant le XXème siècle, d’une part parce qu’on la fabriqua de plus en plus en usine (dont on craignait moins l’esprit de rébellion), d’autre part du fait de l’invention du textile synthétique. Il n’y avait plus que 20 canuts vers 1980.

On peut se reporter à cet interview d’un des derniers canuts:

http://www.ina.fr/video/CAB7800836601/pierre-jolly-canut-video.html

La vidéo ci-jointe montre bien comment travaillaient les canuts (dommage que le commentaire soit en anglais, mais les images et les sons des métiers sont parlants):

http://www.archive.org › … › Academic Film Archive of North America

Posted in: Articles