Un hommage à la jeunesse

Posted on 20 octobre 2012

0


Un hommage à la jeunesse

La jeunesse est un âge magnifique, car l’esprit n’y est pas encore enfermé dans la routine et le conformisme. On est encore en train d’évoluer et l’on est capable de s’ouvrir à l’inconnu. La jeunesse est l’âge de l’idéalisme, où l’on arrive encore à penser que tout n’a pas été dit et que des rêves sont réalisables.

Sans l’ombre d’un doute, la maturité forcera à des arrangements avec la pesanteur de la réalité. Mais il serait regrettable que l’énergie et l’espoir de la jeunesse s’enlisent dans les habitudes et la résignation. La jeunesse a des aptitudes créatrices qu’elle doit apprendre à faire passer dans la réalité, mais elle ne devrait pas être condamnée à les oublier. Parlant de l’adolescence, le psychanalyste  D.W. Winnicott écrit: « C’est là que l’on trouve les traits les plus excitants de la pensée créative, des sentiments neufs et frais, des idées pour une vie nouvelle. Il faut que la société soit secouée par les aspirations de ceux qui n’ont pas de responsabilités » (Jeu et réalité,  Folio-Essais, p. 262).

Le temps du néolibéralisme, associant consumérisme et peur du lendemain, a tendance à neutraliser la force de la jeunesse: mais elle a tout pour y résister !

Je donne comme illustration musicale la très belle chanson Les Coeurs purs de Jean-Roger Caussimon, qui dit la valeur de la jeunesse mieux que de longs discours. Jean-Roger Caussimon (1918-1985) fut un excellent artiste polyvalent (comédien, acteur de cinéma, chanteur). Il écrivit les paroles de nombreuses et excellentes chansons qu’il interpréta lui-même, mais qui furent aussi chantées par d’autres. Ferré notamment mit en musique Comme à Ostende, Le Temps du tango, Ne chantez pas la mort et le superbe Mon camarade.

Mais place aux Coeurs purs (1959) (musique: Eric Robrecht):

Posted in: Articles