Des médias pour informer des alternatives

Posted on 18 décembre 2012

0


« Une fois de plus nous manque ce dont nous aurions besoin, un système médiatique permettant de confronter « les points de vue ». »  http://www.humanite.fr/politique/jean-luc-melenchon-oui-il-y-la-place-pour-une-majorite-alternative-de-gauche-508872

 

Jean-Luc Mélenchon a bien raison, dans cette déclaration du mois de novembre, de parler du besoin de médias faisant de la place à des propositions alternatives. Car la lutte remarquable des journaux dissidents, touchant trop peu de monde et connaissant des problèmes financiers, est une résistance nécessaire mais pour l’heure trop faible.

 

Que serait l’opinion en Suisse romande si un quotidien comme Le Matin relayait de vrais points de vue de gauche ? Si une télévision faisait de la place à nos idées ?

 

J’ai bien conscience en disant cela que pour l’instant je rêve, car avoir un grand journal largement diffusé ou une télévision, dans nos sociétés si fortement régies par l’argent , demande les moyens financiers dont nous manquons.

 

Certains disent que si nos idées ne trouvent pas de canaux pour s’exprimer, c’est qu’elles ne conviennent pas à nos concitoyen-ne-s. Pour affirmer cela, il faudrait que la majorité de nos concitoyen-ne-s aient pu en prendre connaissance. Et ce n’est pas le cas dans un pays où de grands capitalistes possèdent toute la presse privée à grand tirage et où l’information publique a pour principe de donner d’abord la parole aux organisations et  conceptions déjà bien établies.

 

Pourrons-nous un jour, par exemple à travers une coopératives de lecteurs, d’auditeurs ou de téléspectateurs, fonder un journal, une radio ou une télévision apte à toucher un large public en informant sur ce que nos médias ne traitent presque jamais: notamment sur les solutions coopératives. En Suisse, presque personne n’a entendu parler de la possibilité de fonder une coopérative (ne ressemblant ni à Coop ni à Migros !) quand on veut créer ou reprendre une entreprise.

 

Diffuser largement l’information, même celle qui est novatrice et contraire aux logiques dominantes, voilà un rôle pour les médias. Qu’ils ne le remplissent pas est normal puisqu’ils font partie des gardiens du système. Mais jusqu’à ce qu’une autre information circule mieux, on ne doit pas s’étonner que les alternatives, ignorées, aient peu de succès.

 

Je n’ai pas parlé d’Internet: il me semble de plus en plus que c’est un média bien utile mais au potentiel de changement limité.  Car sur la Toile tout et son contraire circulent  constamment sans que soient donnés des critères d’évaluation, ce qui rend difficile la transmission de messages de qualité clairs et cohérents.

Posted in: Articles