L’UDC veut mettre l’école au pas

Posted on 7 septembre 2014

0


Le mardi 2 septembre 2014, les journaux nous informaient d’une nouvelle trouvaille de l’UDC. Les Jeunes UDC en appellent à la dénonciation par les élèves des professeurs « gauchistes ». Les plaintes des élèves seraient publiées de manière anonyme sur un site (en allemand pour l’instant) et les Jeunes UDC pourraient prendre contact avec les responsables des écoles concernées (sans doute pour leur demander de rappeler les enseignants à l’ordre). Cette démarche est une idiotie d’abord parce qu’un parti politique n’est pas selon nos lois chargé de vérifier l’objectivité des cours donnés dans les écoles publiques. Mais le fait que ce parti s’illustre de nouveau par une idiotie ne doit pas nous pousser à l’indifférence. Dans cette période manquant de perspective, où règnent l’inquiétude et le repli, les idioties de l’UDC ont d’ordinaire beaucoup de succès.

Cette initiative visant les enseignant-e-s mérite me semble-t-il quelques commentaires. Il y a plus grave que de la provocation et un manque de bon sens. Les Jeunes UDC n’exigent pas le respect de l’exigence normale de s’abstenir de faire de la politique en classe. Ils s’attribuent le droit d’empêcher dans les écoles l’expression des idées qui leur déplaisent. Cet objectif contredit clairement la liberté d’expression et la démocratie. L’école des pays démocratiques, contrairement à celle des dictatures, se doit en effet de respecter la diversité des conceptions pour permettre le débat. S’il est contraire à la mission pédagogique de faire à l’école de la propagande pour un parti ou une vision du monde, il est en revanche nécessaire, du point de vue démocratique, de présenter les diverses solutions possibles, de manière objective et équilibrée, pour que les élèves puissent faire leur choix. La démocratie implique des choix, et il n’est pas besoin d’être docteur pour comprendre qu’on ne peut choisir qu’entre différentes options. Les éléments prometteurs de l’UDC n’envisagent assurément pas les choses ainsi. Pour eux, il faut dénoncer les points de vue qu’ils désapprouvent, prélude à les écarter, pour que ne subsistent que ceux auxquels ils adhèrent. Et ils proposent cela dans le cadre de l’école publique. Ces gens ne sont donc pas adeptes d’une école démocratique et ils veulent remplacer la démocratie fondée sur la libre expression de diverses opinions entre lesquelles on peut choisir par un régime où l’on n’entendra plus qu’une version des choses (bien sûr « la bonne »!).

A vrai dire l’idée des Jeunes UDC est éclairante sur la vraie nature de ce parti. Elle devrait ouvrir les yeux d’un certain nombre d’électeurs affirmant que ce parti est un parti comme les autres. Quand on évoque le fascisme, les membres et sympathisants de l’UDC poussent toujours de hauts cris: non, leur parti n’aurait rien à voir avec le fascisme ! Pourtant, en prenant une initiative dont le but avoué est d’empêcher l’expression des opinions qu’ils rejettent, les Jeunes UDC ont au moins un point commun avec le fascisme (comme avec le stalinisme): refuser la liberté d’expression et la pluralité des opinions, centrales dans une démocratie. Peut-on penser que seuls de jeunes écervelés ont conçu ce projet ? En tout cas, la direction du parti n’a pas encore réagi, et d’ordinaire, qui ne dit mot consent.

Pour l’instant, les enseignants n’ont pas de souci à se faire. La constitution de la Suisse n’est pas celle de l’UDC. Mais il est clair que les enseignants, et tous les démocrates de ce pays, doivent réagir avec la plus grande vigueur à des tentatives d’intimidation d’une minorité agissante refusant le débat démocratique, qui rappelle l’esprit du maccarthysme américain des années 1950 et de sa sinistre chasse aux sorcières de gauche. Les Jeunes UDC cherchent visiblement la confrontation. Qu’ils sachent que sans aucune concession, avec des idées et des mots bien trouvés, nous saurons défendre nos droits et que, tout aussi patriotes qu’eux, nous nous battrons pour la constitution démocratique de notre pays, et pour qu’il soit encore possible à la jeunesse suisse d’accéder à la diversité des points de vue.

NB: Si jamais, je peux fournir aux Jeunes UDC et à leur Stasi de droite les coordonnées de mon chef d’établissement pour qu’ils puissent lui dire tout le mal qu’ils pensent de moi !

McCarthy et la chasse aux idées de gauche ! Non Merci !

Maccarthy et la chasse aux idées de gauche !
Non Merci !


image: http://tribouilloyterminales.over-blog.com/article-13244244.html

Posted in: Articles