Le film Demain et les monnaies locales

Posted on 22 janvier 2016

2


Le film Demain (2015), de Cyril Dion et Mélanie Laurent, doit être vu absolument.

Il présente une série d’alternatives praticables, et à relativement grande échelle, pour affronter les problèmes posés par le capitalisme. Une de ses grandes qualités est de mettre aussi en évidence la nécessité d’un volet politique pour toute démarche alternative se voulant efficace.

Si les parties consacrées à l’agroécologie et aux énergies renouvelables ainsi qu’à la conception écologique des transports de la ville de Copenhague, sont d’un grand intérêt, le chapitre traitant des monnaies locales (ou sectorielles) me semble particulièrement mériter qu’on s’y arrête.

En effet, mettre en circulation une monnaie locale utilisable sur un territoire limité au sein d’un réseau d’entreprises et/ou de personnes a de nombreux avantages. En complément (et non à l’exclusion) de la monnaie nationale, elle permet de procurer du financement aux entreprises locales, qui peuvent démarrer, se développer et créer des emplois. Elle leur fournit aussi la clientèle de ceux qui utilisent cette monnaie. Elle permet aussi de se ravitailler dans les autres entreprises appartenant au réseau. La solidarité mise en route dans le réseau permet, en échange de la monnaie payée à d’autres entreprises, de compter sur la réciproque, ce qu’on dépense à l’avantage des autres nous revenant lorsque l’autre dépense à notre avantage. Des sommes qui auraient fui vers d’autres régions, créant du chômage, restent alors sur place. Pour tous les échanges avec ceux qui n’utilisent pas la monnaie locale ou avec les autres régions du pays et du monde, c’est la monnaie nationale qui est utilisée, il n’y a donc pas de risque d’isolement.

Le film présente plusieurs exemples de monnaie locale (ou sectorielle).

En Angleterre, il existe plusieurs monnaies locales (en 2012, il y en avait 6), dont le Bristol Pound de la ville de Bristol (dont l’aire urbaine compte plus d’un million d’habitants). La monnaie locale a été introduite en 2012, à travers une organisation à but non lucratif. Il existe un partenariat avec la banque locale Bristol Credit Union, où l’on peut ouvrir des comptes en Bristol Pound numérique. On peut payer en Bristol Pound par virement mais aussi par SMS. Au bout d’une année, plus de 300000 Bristol Pounds (gagés sur la livre sterling) circulaient, avec 1500 adhérents citoyens et 750 entreprises dans le réseau. Pour appartenir au réseau, les entreprises doivent respecter notamment un critère de localité de la production. Pour ouvrir un compte, il faut résider dans la ville. Même si le Bristol Pound est un projet indépendant, la mairie l’a pourtant soutenu, notamment en versant 5000 livres pour les premiers travaux et en prêtant des bureaux. Voici ce qu’en disait en 2012 Guy Poultney, conseiller municipal:
« A l’origine, le Bristol Pound est un projet indépendant. La mairie a décidé de se joindre à cette initiative et de la soutenir. Dans un contexte économique difficile, un tel projet est quelque chose que les gens peuvent s’approprier ici et maintenant et voir concrètement l’impact de leur argent. En plus, cela renforce les liens sociaux. Autres avantages pour la ville : les habitants sont incités à acheter local, ce qui permet de réduire l’empreinte écologique de Bristol. Cela encourage également la diversification de l’économie locale pour aider à la création d’emplois, en plus de qualité. Enfin, le Bristol pound contribue à la résilience économique locale et crée de la croissance économique grâce à la circulation plus rapide de la monnaie locale. » http://www.lagazettedescommunes.com/137830/comment-pourquoi-creer-une-monnaie-locale-interview-de-guy-poultney-qui-a-lance-le-bristol-pound/

On peut noter qu’en France, on enregistre aussi depuis quelques années un développement significatif des monnaies locales, avec plus de 20 monnaies en 2015 (telles l’Abeille à Villeneuve-sur-Lot, le Sol-Violette à Toulouse, l’Eusko au Pays Basque, la Pêche à Montreuil,…).

Le film parle aussi d’une remarquable initiative suisse plus sectorielle que locale, la Banque WIR, qui s’est spécialisée depuis les années 1930 dans le financement des petites entreprises. Il s’agit d’une coopérative prêtant, à des taux inférieurs à ceux du marché, à ses membres une monnaie complémentaire (gagée sur le franc suisse), dans laquelle ils peuvent effectuer leurs échanges mutuels. La Banque WIR compte 62.000 membres qui s’échangent plus d’1,6 milliards de francs WIR par année. En 2010, une PME suisse sur 5 utilisait le franc WIR. On relève la part qu’un tel établissement financier prend dans la prospérité de l’économie suisse.

Le film propose un commentaire concernant la Banque WIR qui indique l’utilité que pourrait avoir un tel système pour un pays comme la Grèce. Alors que ses liens avec l’euro condamnent toute son économie à subir l’austérité en vue de rembourser ses dettes, la mise en circulation au profit d’un large réseau de PME d’une monnaie indépendante, utilisée seulement dans le pays et par ces entreprises pour régler leurs échanges réciproques, permettrait le redémarrage de certains secteurs de l’économie et la création d’emplois. On s’étonne que Syriza, gouvernant au nom de la gauche radicale, n’ait pas recours à un système aussi profitable aux citoyens-travailleurs qu’inventif par rapport aux chaînes de la finance mondialisée.

Tout pays connaissant difficultés économiques et chômage, et souhaitant sortir de ce piège sans se fonder sur la croissance productiviste des grandes firmes capitalistes, devrait avoir recours aux monnaies locales. Outre qu’elles sont efficaces économiquement pour les PME, elles encouragent le sens de la solidarité et amènent la rupture avec l’esprit capitaliste du « j’achète où c’est moins cher, même si c’est au bout du monde et mon voisin dût-il rester sur le carreau ». Ce changement de modèle est assurément un acquis extraordinaire dans la lutte contre le capitalisme, dont la force réside d’abord dans les mentalités égoïstes et avides qu’il a artificiellement forgées. Tout programme de véritable gauche devrait sans hésitation le contenir.

La monnaie locale sert les intérêts des habitants et non ceux des grands patrons

La monnaie locale sert les intérêts des habitants et non ceux des grands patrons


image: http://montreuilentransition.fr/charte-monnaie-locale/

Demain un film d'espoir à ne pas manquer

Demain un film d’espoir à ne pas manquer


film demain: image: http://www.demain-lefilm.com/le-film

Une monnaie locale en Valais

J’ai reçu communication de la création d’une monnaie locale en Valais appelée le farinet.
Bravo à ceux qui ont pris cette excellente initiative pour laquelle je leur souhaite plein succès.
Des séances de présentation auront lieu ces prochains jours, dont je transmets les dates.

« Nous créons une monnaie locale et complémentaire en Valais afin de soutenir le commerce de proximité en encourageant les liens entre producteurs, commerçants et consommateurs: le Farinet…

Qui sommes-nous?
Nous sommes un collectif citoyen en pleine formation. Les bases éthiques et fonctionnelles du projet ont été posées par Alizée, Claire, David et Sandra à l’automne 2015.
Début 2016, nous réunissons celles et ceux qui souhaitent s’investir dans la mise en place du projet et créer la structure coopérative qui permettra la bonne gestion de cette monnaie.
Nous favorisons une organisation permettant une distribution de l’autorité, la valorisation des compétences spécifiques de chacun et la communication pacifique.
Pour nous rejoindre ou pour trouver une place active dans le projet, contactez-nous!…

Voici les présentations et conférences prévues prochainement
(pour s’informer plus précisément et s’inscrire se reporter au site indiqué ci-dessous):

Avril 2016 :

7 avril à 19h30 :
Conférence gesticulée à Martigny
Salle du Vampire

28 avril :
Conférence gesticulée à Arbaz
Espace Culturel

Mai 2016 :

11 mai à 19h30
Philippe Derudder
Conférence à Sion

12 mai, journée
Atelier participatif avec Philippe Derudder, Sion

12 mai, 19h30
Philippe Derudder
Conférence à Martigny

pour plus d’informations: http://www.lefarinet.ch

Posted in: Articles