Propos d’humanité et de raison après l’assassinat djihadiste de Saint-Etienne-du-Rouvray

Posted on 30 août 2016

0


Suite à l’assassinat du père Hamel à Saint-Etienne-du-Rouvray, Hubert Wulfranc, maire communiste de cette commune de Normandie, s’est exprimé de façon remarquable dans l’Humanité du 5-6-7 août 2016. Je vous livre quelques extraits de cet interview qui, avec une humaine pondération, remet certaines pendules à l’heure. J’ai souligné certains passages:

« …Vous avez appelé à être les derniers à pleurer. Cela implique de prendre les bonnes décisions, sur un temps long…
Hubert Wulfranc: Il faut dépasser les slogans, concrètement, pour obtenir des actes. L’hommage stéphanais au prêtre n’était pas un slogan, mais un acte, et ça compte. Nous devons matérialiser, incarner ce que nous portons. Dans mon discours, j’ai dit que l’État de droit que notre peuple s’est donné est l’outil de notre République. J’ai insisté sur ce que cela doit vouloir dire tous les jours. Cet État de droit est aussi un État de devoirs que chacun d’entre nous doit respecter. J’ai insisté sur la bienveillance, plutôt que sur la surveillance. Ce n’est pas anodin. La bienveillance, c’est à la fois l’empathie avec les gens mais aussi la fermeté respectueuse. Nous devons continuer à construire un discours de responsabilité citoyenne, sans galvauder les mots. Dire cela, soutenir cela, c’est aussi admettre et reconnaître que parfois on ne va pas dans le bon sens. C’est accepter de se remettre en cause et de se faire remettre à sa place, si vous voyez ce que je veux dire… Quand je dis cela, je dis de rester digne, sans se précipiter, sans s’écharper, pour agir avec discernement. Nous devons reprendre le temps de nous inscrire dans la réflexion.

Vous semblez redouter que certains propos soient susceptibles d’alimenter clivages ou polémiques…
Hubert Wulfranc:
Là-dessus je peux vous répondre. Nous sommes dans un moment de vie du pays où j’ai le sentiment qu’il y a tellement d’enjeux, de risques de basculement possibles qu’il faut tourner cent fois sa langue dans sa bouche. Je n’ai pas de téléphone portable. Les conditions de la communication aujourd’hui sont telles que l’on est très vite dans l’émotion, que ce soit dans l’enthousiasme comme dans la peur ou la condamnation. Dans ce contexte, j’appelle à avoir et à partager une discipline et une éthique. Les enjeux sont trop importants.

Que dites-vous aux citoyens qui, au-delà du terrorisme, s’inquiètent des réactions et du chemin que pourrait prendre la France dans cette épreuve ?
Hubert Wulfranc:
Je leur dis d’abord de s’exprimer avec sérénité et fermeté. Je leur dis ce que j’ai essayé de dire aux adultes de Saint-Étienne-du-Rouvray : veillez à votre parole et à la mesure de vos paroles. Soyez acteurs et soyez vigilants à la modération de vos actes, surtout si vous êtes sur le fil sombre. Je leur dis à la fois de dialoguer, de rappeler dans quelle société ils veulent vivre, et de faire attention au quotidien s’ils sont en colère, s’ils sont dans le rejet. Si par exemple quelqu’un entre dans une logique d’exclusion, je lui dis que cela n’est pas juste pour ceux qu’il exclut, mais je lui dis aussi que cela va se retourner contre lui, ou contre ses enfants. Quand on s’invente des ennemis, on en crée, et à la fin tout le monde est toujours perdant…. »

http://www.humanite.fr/hubert-wulfranc-il-faut-aller-mieux-va-aller-mieux-613224

Voilà des propos bien à rebours de ceux très souvent entendus ces derniers temps de politiciens de tous bords qui espèrent gagner, à partir de la peur et de la colère occasionnellement ressenties, le prestige du va-t-en-guerre le plus fringant.

Le Père Hamel assassiné par un djihadiste

Le Père Hamel assassiné par un djihadiste


https://en.wikipedia.org/wiki/Jacques_Hamel

Hubert Wulfranc ne jette pas d'huile sur le feu

Hubert Wulfranc ne jette pas d’huile sur le feu


http://www.humanite.fr/hubert-wulfranc-il-faut-aller-mieux-va-aller-mieux-613224

Posted in: Articles