Non à PV2020, non à l’attaque contre nos retraites

Posted on 29 avril 2017

0


Un comité s’est constitué en Valais pour soutenir le référendum contre la réforme des retraites PV2020, récemment approuvée par le Parlement.

Il est vrai qu’en septembre prochain nous devrons de toute façon indirectement décider du sort de la réforme lors de la consultation sur la hausse de la TVA, qui, si elle est rejetée, entraînera aussi le rejet de la réforme. Mais un sujet de politique sociale aussi important exige qu’on se prononce sur la totalité des propositions, et non seulement sur une mesure financière qu’il implique. Les citoyen-ne-s ont le droit d’être consulté-e-s sans aucune dissimulation.

L’attaque contre les retraites fait partie de la grande offensive néolibérale contre l’Etat en tant qu’il est chargé de mener des politiques égalitaires au profit de toutes et de tous. Cette offensive s’en prend aussi aux assurances sociales (assurance maladie, assurance chômage, assurance invalidité), à la santé, à l’éducation, aux services postaux, aux transports publics. Pour chaque secteur, il y a de bonnes excuses: on agite toujours le spectre de dépenses trop élevées, et dans le cas des retraites, le responsable désigné est le vieillissement de la population. Pendant ce temps, on réduit les impôts des plus riches qui deviennent toujours plus riches, et on déréglemente les activités économiques pour que le grand patronat puisse faire des profits de plus en plus juteux.

On ne peut laisser passer l’actuelle réforme des retraites même si elle est présentée comme le meilleur compromis possible pour éviter le pire, qui est l’élévation de l’âge de la retraite à 67 ans pour tout le monde.

Ce compromis en effet n’est pas acceptable: on ne peut sacrifier une année de la retraite des femmes alors qu’elles touchent en moyenne des salaires plus bas et doivent souvent s’acquitter du travail à l’extérieur et du travail à la maison. Cette concession est excessive pour obtenir en échange une stabilisation des retraites pour quelques années, reposant sur une légère amélioration de l’AVS et une dégradation équivalente du 2ème pilier, avec à terme, pour financer l’AVS, une augmentation de la TVA, impôt antisocial s’en prenant au budget des plus bas revenus. 70 francs par mois pour compenser la dégradation du 2ème pilier, ce n’est certes pas rien, mais l’AVS en restera toujours à la trop modeste rente maximale mensuelle de 2420 francs par personne. Quand la réforme évoque la possibilité de prendre plus facilement une retraite anticipée, elle ouvre aussi la voie à un travail à mi-temps des personnes âgées, force de travail précarisée qu’on pourra utiliser au besoin et qui servira aussi à exercer une pression générale à la baisse sur les salaires. On voit aussi que plus on parle de menaces sur le premier et le deuxième pilier, plus ceux qui en ont les moyens se réfugient dans la constitution d’un 3ème pilier entièrement en mains privées. Les défenseurs de la réforme prétendent que grâce à elle le passage à 67 ans sera évité: ce point de vue est bien optimiste, car quand on fait sauter un verrou important comme l’âge de la retraite des femmes, loin de renvoyer à plus tard la discussion sur l’élévation de l’âge de la retraite pour tous, on prépare au contraire le terrain pour aborder d’ici peu la question. Certains disent que s’opposer à la réforme c’est se ranger dans le camp de la droite économique qui s’y oppose parce qu’elle la trouve trop favorable à l’AVS, et que si la réforme est refusée, ce sera mandat donné à la droite pour passer à 67 ans. Comme indiqué plus haut, on peut penser que de toute façon l’acceptation de l’actuelle réforme conduira la droite à se dire: « du moment qu’ils ont accepté de retarder l’âge de la retraite des femmes, qui était pour eux un principe sacré, ils vont aussi accepter les 67 ans et nous pouvons y aller sans crainte ».

La position du PS et celle des directions syndicales sont plus que surprenantes. D’abord avec l’âge de la retraite des femmes, la gauche modérée abandonne un principe central de sa politique sociale et féministe. Ensuite, alors qu’en 2010 elle demandait à ses électeurs de rejeter une baisse plus faible du taux de conversion, voilà qu’aujourd’hui, elle en soutient une baisse plus importante. Enfin, elle se trouvait dans une tendance favorable, qui après la victoire sur la baisse du taux de conversion en 2010 et celle sur RIEIII en février dernier, lui permettait d’espérer gagner la votation sur cette réforme. Quel obscur et invincible esprit d’arrangement à tout prix est-il caché derrière de telles attitudes ? Depuis le temps, avec notamment les évolutions de la poste, le PS devrait avoir compris que ce n’est pas avec de constantes reculades qu’on empêche la marche en avant du néolibéralisme.

Il est évident qu’il faut adopter de nouvelles politiques face à de nouvelles circonstances. Mais il n’est pas nécessaire de choisir celles souhaitées par le capitalisme néolibéral qui ne se soucie en rien de la majorité moins favorisée de la population et veut transférer le plus possible d’activités du secteur public au secteur privé. Affronter le problème des retraites dans l’intérêt de tous passe par un renforcement du 1er pilier (de 4000 à 5000 francs par mois pour toutes et tous), et par une intégration progressive du 2ème pilier plus fragile et inégal, dans un premier pilier stable et égalitaire, avec un âge de retraite fixe et si possible antérieur à 65 ans (ce qui n’exclut pas des retraites anticipées).

En tout cas, quelles que soient les perspectives qu’on soutienne pour les retraites de demain, la réforme PV2020 ne doit pas être adoptée: elle oblige les femmes, souvent défavorisées tout au long de leur vie professionnelle, à travailler une année de plus, et émet un fort mauvais signal pour l’élévation générale de l’âge de la retraite.

Signons et faisons signer le référendum contre PV2020.

Je joins l’adresse du site du comité référendaire où vous trouverez un formulaire de signatures avec l’adresse pour leur renvoi d’ici le 30 juin 2017:

http://touchepasamaretraite.ch

Non à PV2020


https://www.solidarites.ch/journal/d/article/7902/Vers-un-front-large-et-radical-contre-PV-2020

Posted in: Articles